Parc National de Ranomafana

Elle n'a jamais étudié la langue de Shakespeare, pourtant elle parle comme une Américaine. Aux côtés des autres étudiants américains venus à Madagascar dans le cadre du programme Stony Brook Study Abroad 2011 proposé par L'Institute for the Conservation of Tropical Environment (ICTE), Mamy Rabezanahary, agronome de formation, a soutenu le vendredi 18 novembre dernier son projet sur les impacts des prix d'entrée au Parc National de Ranomafana sur la population environnante.

Mamy Rabezanahary a commencé à lire l'anglais à l'âge de 12 ans, regardé des films en version anglaise et elle discute souvent avec son frère qui vit dans un pays anglophone. Elle n'a donc eu aucun mal à passer l'interview avec le Dr Patricia Wright, chargée de la sélection des étudiants malgaches participant à ce programme. Cette agronome, a en effet suivi les deux mois et demi de cours à Ranomafana Ifanadiana en se concentrant sur la primatologie, la conservation de la biodiversité et la botanique. « Le tarif d'entrée au parc génère des revenus à la population locale. D'une part, il y a le tourisme et d'autre part, il y a les recherches. Il est impossible de dire à la communauté de base de se retirer de l'endroit où plusieurs générations y ont vécu. Nous devons leur montrer les techniques qui permettent de valoriser et conserver la biodiversité qui les entoure », a-t-elle soutenu.

Cette impétrante suggère qu'il est bénéfique pour le parc de s'investir dans le crédit carbone, un bon moyen de contribuer à la conservation et la protection des forêts. « La bioprospection en pharmacologie importe également car l'économie de l'environnement doit répondre à l'amélioration des conditions de vie des populations riveraines des forêts. En somme, le développement durable implique le développement humain », a-t-elle poursuivi.

Benjamin Andriamihaja, représentant national de l'ICTE, détaille que ce programme initié il y a déjà dix ans, aide les jeunes à tisser des relations avec des étudiants américains, d'obtenir des bourses extérieures sachant qu'une cinquantaine d'étudiants ont bénéficié de ce même programme et sont revenus au pays avec le diplôme de philosophea doctor en poche.

 

Farah

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site