" Les aléas commencent à gagner la partie Nord "

Tous les ans, trois à quatre cyclones touchent la Grande île. Le secrétaire exécutif du Bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC), le Dr Raymond Randriatahina, spécifie que le nombre se réduira, mais chaque tempête sera davantage puissante.

 

. Que pourriez-vous dire sur les cyclones pour l’année 2014 ?

Auparavant, nous étions habitués aux cyclones qui frappent le Sud de Madagascar alors que ces derniers temps, la tendance change parce que les aléas commencent à gagner le Nord. Le BNGRC s’engage maintenant dans l’atténuation et l’adaptation et se rapproche de la population pour l’informer sur les différentes catastrophes que pourraient occasionner un aléa.

 

. Que mentionne le plan de contingence de cette année ?

Nous venons de terminer la mise à jour du plan de contingence. Nous l’avons adapté en fonction des leçons tirées de 2013. Nous avons uniformisé toutes les informations pour que tous les acteurs se trouvent au même niveau. Le plan actuel comprend ainsi un contexte, un memento renfermant des scenarii, une matrice de réaction rapide, une carte de pré-positionnement indiquant les acteurs intervenant dans un domaine précis en matière de capacité de réponses ainsi que des coordonnées-clés de plusieurs entités.

 

. Il existe des accidents qui surviennent pendant les intempéries, d’où vient la faille ?

Les responsables du comité régional mènent bien leur devoir. Si des cas de décès ont été enregistrés, la faille émane parfois des individus. Les pêcheurs sont avertis du mauvais temps et sensibilisés qu’ils ne doivent pas partir en mer. Pourtant, avec leur obstination, ils n’écoutent pas et poursuivent leur route. En conséquence, ils mettent leur propre vie en danger. Ensuite, les cas sont pareils dans toutes les grandes villes, les constructions illicites favorisent l’obstruction des canaux d’évacuation, ce qui engendre les crues dans les fokontany.

 

. Quelle éducation faut-il marteler pour que la population prenne conscience de l’effet des cyclones ?

Il ne faut pas attendre la période cyclonique pour adopter le bon comportement. La prévention commence par le respect des mesures et prescriptions ordonnées par les responsables. Il importe de faire attention aux informations diffusées par les chaînes télévisées et radiophoniques. Il appartient également aux citoyens de faire tache d’huile et d'utiliser le système de bouche à oreille pour que ceux qui n’accèdent pas aux veilles d’information puissent se préparer à la lutte contre les catastrophes.

 

Propos recueillis par Farah Randrianasolo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site