La protection des bassins versants sauve l'agriculture

L'agriculture à protéger. En cette saison hivernale, les rizières deviennent des terrains de fabrication de briques. Or, une fois que les briques sont cuites, les champs laissent de grosses excavations inutiles. Ce phénomène se produit notamment sur les Hauts-plateaux. Dans certaines zones de la Grande île, il importe de mentionner que les bassins versants jouent un rôle majeur dans la pérennité de l'agriculture, à savoir dans les régions de la côte Est.

En novembre 2008, la Banque mondiale a lancé un projet de mise en valeur et de protection des bassins versants et périmètres irrigués à Madagascar qui vise à asseoir durablement l’agriculture irriguée et la gestion des ressources naturelles, au niveau de quatre principaux périmètres irrigués et des bassins versants environnants. Plusieurs partenaires ont mobilisé des fonds dans la protection des bassins versants, mais des activités humaines comme la déforestation intensifie l'érosion du sol.

« Dans notre fokontany, nous avons été initiés à la culture de couverture végétale car des techniciens nous ont montré que la culture sur brûlis appauvrit le sol. Beaucoup de paysans s'intéressent maintenant à la riziculture et nous avons dû renforcer les infrastructures d'irrigation pour que les périmètres cultivables soient exploitables à la fois pour le système de riziculture intensive et celui de riziculture améliorée », témoigne Jean-Pierre Rasolo, un cultivateur du district de Fenoarivo-atsinanana. Dans le souci de sauvegarder l'agriculture, des paysans se regroupent dans des associations et coopératives pour action concertée en matière de recherche, d'innovation et de commercialisation.

 

Restauration

L'agriculture durable repose essentiellement sur la santé des ressources naturelles au niveau des forêts qui assurent l'alimentation des sources en eau, ainsi que des bassins versants qui empêchent l'érosion du sol. Tout cela relève de la conscience sociale qui promouvra la conservation et la récupération des sols, la multiplication et la mise en terre des plantes pour la restauration du sol. Les agriculteurs et les éleveurs ont besoin de vastes périmètres pour faire fructifier les différents types de culture, dont la culture maraîchère, la culture vivrière, la production de pâturage...

Cependant, les sols malgaches courent de graves dangers face à la croissance démographique et au litige foncier qui suscitent de nouvelles constructions engendrant d'ici quelques années l'érosion voire la désertification. « En ce moment, les rizières qui font l'objet de remblai dans la périphérie de la capitale, souffrent de l'hostilité humaine. Tout va de travers et personne ne pense à l'avenir parce que cet acte de remblayer des terrains qui réduit les périmètres cultivables, provoquera l'insécurité alimentaire des ménages et les inondations durant le passage des catastrophes naturelles », soutient Nirina Randria, ingénieur. Ce dernier propose que les ministères de l'Agriculture et de l'Environnement vulgarisent l'agro-écologie qui recourt à la couverture végétale pour restaurer la fertilité du sol tout en limitant les besoins en irrigation et l'utilisation d'engrais.


Farah

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×