Filière bois précieux

La CITES accorde une seconde chance à Madagascar

Mission impossible. Madagascar s’est embarqué dans une galère, la semaine dernière, pendant la soixante-cinquième réunion du comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) à Genève. Le ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Anthelme Ramparany a voulu faire bonne impression, mais la présentation du plan d’actions sur l’assainissement de la filière « bois précieux » n’a pas répondu à l’attente du comité. Ce dernier « recommande » un nouveau plan sur l’utilisation des stocks, le renforcement de la lutte contre l’exploitation illégale tant au niveau national qu’international.

La fraude a été pointée du doigt et la Cites accorde à l’Etat malgache une nouvelle chance de soumettre un nouveau plan à présenter l’année prochaine, à l’occasion de la soixante-sixième session. La délégation malgache s’est donc trompée sur toute la ligne car elle a parlé de négociation sur la levée de l’embargo et le programme de vente ; un plan qui n’a pas convaincu le comité permanent.

Mirado Rasolofomanana, sociologue, réagit par rapport à cette affaire de bois précieux en dénonçant l’indifférence des dirigeants qui ne tiennent pas parole. « On comprend alors pourquoi l’on n’a jamais rendu public le dossier fourni par Jean Omer Beriziky. Et pourtant, rien qu’une simple convocation pour enquête pourrait suffire, pour un temps, à prouver que le discours d’investiture de Hery Rajaonarimampianina n’était pas du vent. Cela aurait permis aux « présumés » trafiquants de se défendre contre les « rumeurs » et prouver dans le prétoire ou sur la place publique qu’ils sont blancs comme neige et n’ont rien à voir avec cette « sale affaire », et enfin de proclamer qu’ils sont victimes de diffamation. L’ouverture du dossier aurait permis au président Rajaonarimampianina d’échapper aux graves suspicions de complicité », déclare-t-il.

Il ajoute que tout est question de volonté politique et d’engagement et que tout le monde doit ouvrir l’œil sur le comité interministériel récemment installé qui devrait appliquer des mesures concrètes pour sanctionner l'exploitation illicite de bois précieux.

 

Propos recueillis par F. R.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×