Environnement

La sécurité de l'eau garantit la survie de toute une population. Luciano Andriamaro, directeur scientifique auprès de Conservation International (CI) détaille que sans une gestion rationnelle et durable des ressources en eau, la planète connaîtra la sécheresse et la pénurie d'eau. « Le cycle de l'eau est essentielle dans la mesure où la protection des ressources en amont devrait répondre aux besoins en aval. Les eaux de pluies qui se transforment en eau superficielle, en eau souterraine sont déversées en mer. Les eaux retenues, reforment par la suite des agglomérations de nuages avec lesquelles renaissent les eaux de pluies », avance-t-elle. En termes simplifiés, le cycle de l'eau ressemble à un cercle fermé à condition que la boucle respecte les paramètres de protection des bassins versants empêchant le phénomène d'érosion.

Pour la première fois, les mots « infrastructure naturelle » font leur apparition. Cette appellation évoque le capital naturel englobant les ressources en eau, la richesse biologique et l'endémicité des espèces. Toutefois, cette infrastructure naturelle subit différentes menaces et les ressources en eau en sont fortement exposées. « Ne gaspillons pas l'eau car sa fonction hydrologique est étroitement liée à la conservation des aires protégées qui abritent les sources. Les parcs, les réserves et les forêts assurent ainsi le processus naturel de la reformation des eaux pluviales. Sachons que l'épuisement des réserves, l'Introduction des espèces exotiques et invasives et les inondations répétitives résultent de la dégradation des ressources en eau », enchaîne-t-elle.

Des projets ont été réalisés dans différents sites en vue de pérenniser les ressources. Rano An'Ala a été mené dans les environs du parc de Marotandrano, dans la réserve d'Ambatovaky et à Mananara Avaratra tandis que Tokantrano Salama a été réalisé à Ikongo dans le corridor d'Ambositra-Vondrozo. Un troisième projet intéresse la rivière de Nosivolo, septième site Ramsar de Madagascar où la priorité est mise sur la protection de 19 poissons endémiques , dont quatre espèces endémiques de Nosivolo.

 

Farah Randrianasolo

 

(Lu sur L'Hebdo de Madagascar)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site