Concours : L’exploitation forestière comme sujet brûlant

La télévision, la radio, la presse écrite et celle en ligne parlent de l’exploitation forestière. La semaine dernière, ce même sujet a été traité d’une autre manière avec des jeunes orateurs s’exprimant dans la langue de Shakespeare.

Trente-cinq concurrents ont dû défendre leurs idées sur la jeunesse et la biodiversité devant des membres du jury composé de deux Américains et un enseignant à l’université d’Antananarivo. Ces derniers ont jugé l’éloquence, l’accent et l’intonation, la pertinence du sujet ainsi que le respect du timing ne dépassant pas huit minutes.

«  Puisqu’il s’agit d’art oratoire, les membres du jury ont aussi noté le message véhiculé à l’audience. Il fallait donc que chaque orateur soit en mesure de transmettre une bonne sensibilisation au public », confie Mialisoa Raharimanana, responsable de communication de l'Association the Municipal Library English Club (MLEC). Les participants ont surtout exposé les thèmes de la déforestation, de l’exploitation forestière et de la responsabilité des jeunes face au développement durable.

D’après Mialisoa Raharimanana, les concurrents ont été tous au top. Au début, les organisateurs ont prévu la sélection de dix-finalistes, mais compte tenu des bonnes notes qu’ils ont obtenues, le nombre de candidats qui disputeront la demi-finale est fixé à quinze. Durant la prochaine manche, les demi-finalistes continueront de travailler sur le thème « Les jeunes et la biodiversité » et ils peuvent les connecter avec les secteurs de l’économie, la santé, l’éducation, la culture à l’exception de la politique et de la religion.


Farah

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site