Changement climatique

La consultation régionale joue un rôle primordial

Situation inquiétante. Les impacts du changement climatique se font ressentir à Madagascar. L'île ignore ce qu'est la vague de froid, la fonte des glaces, mais à travers la dégradation de l'écosystème, il subit diverses pressions telles que les aléas naturels engendrant l'érosion et les inondations. La semaine dernière, le Groupe thématique-changement climatique (GTCC) a tenu un atelier dont le but a été de dresser le bilan de 2013 et de déterminer la programmation de 2014.

"Le GTCC se focalise depuis le début de la crise sur la recherche de solutions dans le cadre du changement climatique. Il est apte à continuer ses activités, car sa raison d'être est basée sur l'union d'action et la solidarité. À partir de cette année, il tracera de nouvelles stratégies et définira de nouvelles propositions", révèle Holy Rakotobe, ancienne co-présidente de CTCC. Réunissant plusieurs experts, la mission du groupe tourne autour de l'appui technique de l'administration, du renforcement de capacités des membres et il ambitionne de rester une force de propositions afin d'agir en faveur de l'intérêt général de tous les Malgaches.

"Le GTCC a toujours été consulté et écouté. En tant que force de propositions, il est incontournable de par son panel d'expertise multidimensionnel et multisectoriel. Nous aimerions inciter le secteur privé à s'impliquer davantage dans la lutte contre le changement climatique, car il fait partie des pollueurs par l'entremise des industries, premiers facteurs de l'émission des gaz à effet de serre qui détruit la couche d'ozone et ce sont les communautés de base qui en pâtissent", ajoute Alain Rakotovao, coordonnateur national de l'Initiative commune de plaidoyer sur la réduction des risques de catastrophes à Madagascar.

 

Consultation

En matière de lutte contre le changement climatique, la consultation régionale est indispensable. Jusqu'à ce jour, Madagascar ne dispose encore d'aucun plan national d'adaptation. Depuis des années, la faille émane de l'ordre structurel.

"Ce sont toujours les acteurs du niveau central qui décident de tout. Or, les populations vivant dans les régions connaissent mieux les réalités sur terrain, les impacts des aléas. La consultation au niveau des régions permettent ainsi aux différents concepteurs d'obtenir plus d'éléments. Toliara, Antsiranana et Toamasina ont déjà été consultés et le recueil d'opinions dans la région Atsimo-Atsinana est en cours", renchérit Alain Rakotovao.

Du moins, cette consultation devra être finalisée cette année pour que le document de Madagascar soit soumis à temps auprès des Nations unies et le plus tôt sera le mieux. Le défi à relever pour les membres du GTCC reste un exploit de grande envergure parce que, outre les recherches, ils doivent retrousser leurs manches pour que la population ne néglige pas la sensibilisation menée par les associations et ONG qui travaillent sur le terrain.

 

Plateforme d'échanges

Créé en 2009, le Groupe thématique-changement climatique est un cercle de concertation dans le domaine de l'environnement. Ce n'est pas une institution, mais une plateforme où la participation des membres est volontaire et dynamique. Des membres issus de l'administration à savoir l'environnement, l'agriculture, l'élevage, la pêche, la météo, l'eau, la santé, du Bureau national de gestion des risques et catastrophes, de la société civile, des partenaires techniques et financiers se répartissent dans les sous-groupes thématiques : adaptation, atténuation, énergie et réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts.

 

Farah Randrianasolo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×