Va pour une nouvelle relance

Bien que la culture du girofle soit importée à Madagascar, elle occupe une place importante dans le secteur du commerce sachant que la Grande Ile figure parmi les pays producteurs et concourent aux côtés des autres pays tels que Zanzibar, Tanzanie, Brésil et Indonésie.Les districts de Fénérive-Est et de Mananara Avaratra de la région Analanjirofo garantissent la majeure partie de la production locale avec un taux de 90%. Singapour accapare la moitié de cette production et le reste va vers l’Europe et les Etats-Unis.

Cette filière rencontre actuellement un problème en raison des catastrophes naturelles. En général, la récolte annuelle avoisine les 10.000 et 15.000 mais au cours des cinq dernières années, le rendement a beaucoup varié. En 2005, la production a été de 6 253 tonnes et elle est passée à 10.570 tonnes en 2007. Alors que la production de 14 600 tonnes en 2009 a dégringolé jusqu’à 4 900 tonnes en 2010. Toutefois, la production malagasy reste de qualité.Un atelier de relance débute ce jour dans le but d’identifier les stratégies de développement de la production et de promotion de l’exportation de girofle afin de permettre une nouvelle relance de la filière.

A noter que le girofle domine dans plusieurs domaines à savoir la savonnerie, la parfumerie, la droguerie, la confiserie et la gastronomie. Dans le domaine médical, il est utilisé en tant que bactéricide et anesthésie et il participe aussi dans la fabrication de pâtes dentifrices. Les huiles essentielles à base de girofle recèlent également de nombreuses vertus.

 

Farah

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site