Mirana A. Rakotovelo : L'illuminée de l'agriculture biologique

Ni la radio, ni la télé n'ont pas encore révélé le véritable visage de Mirana Andrianaivo Rakotovelo. Et pourtant…

Grâce à son dévouement, elle a hissé au sommet la société dans laquelle elle travaille, à la suite d’un concours destiné aux entrepreneurs africains et à l'issue duquel son entreprise a remporté la première place. Même fatiguée, Mirana Andrianaivo Rakotovelo garde toujours le sourire. Vêtue simplement d'un jeans surmonté d'un petit haut et chaussée d'une paire de ballerines noires, la jeune femme vous adresse son beau sourire comme pour vous dire que malgré la pression au travail, le stress au quotidien, Dieu vous réserve une bonne surprise à chaque instant de votre vie.
De visu, cette mère de deux filles semble être calme, mais lorsque vous lui parlez, elle s'ouvre et vous partage ses visions sur l'agriculture biologique, le berceau de tout développement à Madagascar tant sur le plan économique et social que culturel et touristique. « 
Elle garantit notre avenir et celui de nos descendants », lance-t-elle.
Après l'obtention de son diplôme de baccalauréat, Mirana a poursuivi ses études supérieures à l'École supérieure des sciences agronomiques en optant pour la branche « agro management ». Ses compétences et sa qualification lui ont permis d'intégrer sans difficulté le monde agricole en intervenant dans l'intensification agricole et rizicole. La commune urbaine d'Antananarivo lui doit le plaidoyer en faveur de l'agriculture urbaine en 2006 à laquelle elle a sacrifié toute son énergie.

« J'ai milité en faveur du mariage de l'urbanisme avec l'agriculture pour que le projet aboutisse. Il s’est finalement concrétisé et j'en suis fière », justifie-t-elle. Dans cette optique, l'agronome veut surtout rappeler aux citadins qu'il n'y a pas que les espaces verts qu'on peut aménager. Sur leurs balcons, leurs vérandas, sur les pans de leurs murs, ils peuvent exploiter en long, en large et en hauteur l'agriculture biologique qui symbolise l'environnement sain et l'embellissement d'un habitat.

Responsable
Début 2010, Mirana a abordé une nouvelle carrière chez Guanomad en occupant tout d'abord le poste de marketing manager. Son dynamisme, sa détermination, son sens de l'organisation et surtout son pouvoir de persuasion lui ont valu, au fil des années, une nouvelle fonction en tant que chief marketing officer.

« J'ai eu l'opportunité de développer les actions sociales et la responsabilité sociétale des entreprises qui reflète la vision de Guanomad. Elle ne doit pas se positionner en tant que simple société commerciale, elle devra garantir la pérennité de la chaîne de valeurs qui la lie aux producteurs », souligne-t-elle.

Cependant, pour la jeune femme, l'appui des agriculteurs ne se limite pas à la dotation de semences, d'engrais et de matériel. « Il ne suffit pas de leur demander d'obtenir des résultats dans les meilleurs délais. La notion de développement ne se fait pas brusquement. Ils ont besoin d'adaptation car si nous les forçons à trouver d'un coup le marché où ils doivent écouler leurs produits, ils en seront incapables et ce genre de procédure hâtive perturbera leur vie », commente-t-elle. Pour celle qui a mis tout son savoir dans le développement agricole, le pays ne pourra pas miser sur sa croissance tant que sa politique et ses stratégies ne se focalisent pas sur l'agriculture biologique.

Visionnaire
Femme engagée dans le développement agricole, Mirana Andrianaivo Rakotovelo est une femme épanouie au travail. Elle se trouve depuis mars à la tête du Syndicat malgache de l'agriculture biologique au sein duquel fédèrent plusieurs acteurs œuvrant pour cette vision prometteuse. « 
Pour moi, l'agriculture biologique représente le bien-être, la santé et l'environnement. Nous devons laisser un héritage intact à nos enfants et cet héritage est fait de cette agriculture biologique. Madagascar dispose de 36 millions d'hectares de terrains arables et seuls 10% sont cultivés. L'autosuffisance alimentaire est donc loin d'être atteinte », se soucie-t-elle.

Elle sait bien distinguer les légumes biologiques de ceux cultivés de manière chimique. Sa vue et son odorat ne la trompent jamais. Elle propose ainsi la combinaison d'une politique intégrée et de stratégies n'engageant ni l'opportunisme ni le sentiment. Elle soutient que des projets de développement foisonnent, mais les visionnaires engagés et organisés qui sauront les exécuter, font défaut.
Dotée d'une culture impressionnante en matière de coaching, d'économie, de géostratégie, de géopolitique, d'éducation et de religion, la jeune mère de famille possède l'étoffe d'un véritable leader. Elle a affûté son fort caractère de battante et son éloquence durant les sessions organisées par le Youth Leadership Training Program en 2007. Son entourage l'a encouragée à se présenter aux législatives, mais l'idée n'a même pas effleuré son esprit car elle préfère consacrer son temps à sa vie de famille.

Farah Randrianasolo

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×