Miandrivazo

 

Enfin de l'eau dans les ménages même si c'est payante. Juste avec le coût de Ar 1 le litre, la population de Miandrivazo accède à l'eau potable et l'assainissement.

Le branchement privé, l'installation des infrastructures d'hygiène et d'assainissement ont été rendus possible grâce à l'appel d'une femme enceinte qui réclamait un accouchement sans danger dans un centre de santé de base. « J'ai besoin d'eau pour accueillir mon enfant », suppliait-elle. Une formation sanitaire privée d'eau reflète la précarité d'une localité ainsi que de sa population environnante. Ce SOS a conduit le ministère de l'Eau, l'organisation WaterAid, le fermier EC Abraham et la communauté à ériger le système d'affermage, dont le coût des travaux s'élève à Ar 313 209 348, qui s'apparente à celui de la Jirama où les usagers paient la somme de Ar 1 pour acheter un litre d'eau. Ce même réseau de distribution existe déjà à Ikalamavony, Ampefy, Befandriana mais l'inauguration officielle de la mise en place du système a eu lieu le 31 mars à Miandrivazo sous l'égide de Julien Reboza, ministre de tutelle.

Le partenariat harmonieux et l'approvisionnement en eau durable profite à 66% de la population, doit 9 054 personnes dont 2 088 élèves et 256 personnes détenues. « Le taux élevé de l'abandon scolaire s'explique par l’absence de latrines et d’eau à l’école car non seulement elles nous permettent de nous soulage mais ce sont des endroits sains où une fille pubère a besoin d’un minimum de dispositif pour se changer lors des ses menstruations », souligne un enseignant.

Par ailleurs, la maison carcérale de Miandrivazo s'est dotée d'un bloc sanitaire composé de douches et de latrines. « Les maladies de la peau, les diarrhées et les odeurs nauséabondes font désormais partie du passé. Le concept de droit revêt tout son sens maintenant », déclare le chef pénitencier de cette prison. L'allure nette, les pieds nus et les mains propres démontrent que les personnes détenues se soucient de leur hygiène corporelle.

Les scouts ont profité de cette inauguration pour diffuser les trois messages clés de Wash à savoir le lavage des mains avec du savon, l'utilisation des latrines hygiéniques et la potabilité de l'eau. A travers ses messages, les scouts vulgarisent aussi l’élimination de la défécation à l’air libre sachant que l'hygiène abordable pour tous ne nécessite que de simples gestes en déployant un morceau de savon et des cendres comme antiseptiques.

 

Farah Randrianasolo

(Lu sur L'Hebdo de Madagascar)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site