Le surpoids et l'obésité, les maladies du XXIè siècle

Quelques kilos de plus, des rondeurs difficiles à éliminer ou des vergétures qui gênent la vue hantent des femmes. Pourtant, personne ne pose des questions sur le ventre arrondi des hommes ou sur la silhouette d'un jeune enfant assez enveloppé.

 

L'obésité frappe actuellement à nos portes. Plusieurs personnes affirment qu'il s'agit d'une maladie importée des États-Unis en raison du foisonnement des restaurants "fast food" où l'on consomme davantage de Coca, de pizzas, de hamburgers et de frites.

"Les Malgaches aiment bien imiter ce qui est à la mode. Ils suivent les tendances des pays avancés sans se préoccuper des conséquences de leurs actes. Dans les pays industrialisés, les consommateurs se ruent sur les produits naturels et biologiques alors que nous pouvons très bien avoir notre propre régime avec les fruits et légumes qui inondent les marchés locaux. Pourquoi vouloir se conformer aux cultures occidentales à l'origine de notre mal être? J'aimerais inciter les parents à contrôler la nourriture de leurs enfants car deux rations de pommes frites surmontées d'une sauce mayonnaise par jour, après les cours, apportent des calories et leur répercussion sur la santé sera conséquente d'ici quelques années", explique Helivao Rasolonantenaina, retraitée.

Cette séxagénaire témoigne que si elle maintient sa forme, c'est qu'elle a pu vivre à l'abri des repas succulents et lourds. "J'en ai été victime quand j'avais 30 ans. La goutte m'a attaquée, j'étais mal à l'aise, je me sentais mal dans ma peau et dans ma tête. J'ai dû suivre un régime draconien pour me débarrasser de mes bourrelets, de mes pieds gonflés. En quatre ans, j'ai repris mon poids normal. J'en ai souffert et je ne veux pas que la jeunesse malgache finisse comme moi", poursuit-elle.

 

Facteurs

L'accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle caractérise le poids et l'obésité. Ils font partie des maladies non transmissibles mais chroniques. L'un ou l'autre nuit à la santé. L’Organisation mondiale de la santé définit le surpoids comme un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 25 et l’obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30.

"L'obésité est une maladie du XXIe siècle. Elle résulte notamment de notre mode de vie. Le rythme avec lequel nous bougeons nous pousse à prendre des repas rapides à midi. Le temps nous est compté et nous devenons accros à l'utilisation des moyens roulants. En outre, nous ne parvenons plus à pratiquer le sport. L'obésité pourrait ainsi engendrer le diabète, les maladies cardiaques et vasculaires et les troubles articulaires", explique le Dr Mamy Rabeantoandro, spécialiste en santé publique.

Tout le monde se réfugie derrière la boulimie pour masquer les problèmes financiers, psychiques et affectifs. Ces derniers se résument, cependant, en un mot à l'origine de toutes les difficultés : le stress.

 

Option pour le marketing responsable

L’industrie agroalimentaire peut jouer un rôle important de promotion des régimes alimentaires sains en réduisant la teneur en graisse, en sucre et en sel des aliments préparés. Elle peut également proposer à tous les consommateurs des produits sains et nutritifs à un prix abordable. Elle est en mesure de pratiquer un marketing responsable, principalement quand elle s’adresse aux enfants et aux adolescents, en présentant des aliments sains et en favorisant la pratique d’exercice physique sur le lieu de travail.

 

 

Comment brûler la graisse du ventre

Il existe deux simples moyens de réduire la graisse du ventre. Il faut en premier lieu savoir manger en évitant les graisses telles que l'huile, le beurre, la sauce, la friture, la crème, le lait et la charcuterie. Il faut aussi favoriser la prise de viande blanche et de poisson. Il est conseillé de boire suffisamment de l'eau et de la tisane pour éliminer les graisses.

Pour un ventre plat, les abdominaux, le saut à la corde, la fitness et la marche nous aideront à brûler les calories et affiner notre taille. Ces exercices physiques s'avèrent efficaces. Les experts déconseillent vivement la consommation d'aliments diététiques, de pilules à effet miracle qui n'éliminent rien du tout.

 

ILS ONT DIT

Oliva Raharimasinirina, retraitée

"Tout se passe dans l'esprit. Si un individu est stressé, il a tendance à adopter le comportement boulimique et cela ne fait qu'accroître la cellulite nerveuse. Il faut laisser de côté le souci, l'adversité, l'angoisse, avoir le moral au top pour avoir une attitude positive."

 

Vololonirina Ratsimbazafy, comédienne

"L'hygiène de vie, l'habitude alimentaire avec les pizzas, les hambourgers et tout ce qui est succulent favorisent l'obésité. Lorsque nous sommes malades, nous sommes surpris de découvrir le taux de cholestérol, de triglycéride qui augmente et nous commençons à nous priver de tout. Le prix des aliments qui contribuent à la lutte contre l'obésité, coûte cher comme l'épinard, le broccoli. Ne menons plus une vie sédentaire, oxygénons notre vie avec du zumba, en consommant davantage de fruits et légumes et en supprimant les sucreries."

 

Aimé Léonard Randriamiarintsoa, étudiant

"Mangeons sain, buvons abondamment et pratiquons du sport, car une alimentation bien équilibrée nous permettra de rester en bonne santé. Les exercices physiques brûlent nos graisses et stabilisent aussi notre rythme cardiaque. Ces trois habitudes nous sauverons des griffes de l'obésité."

 

Farah Randrianasolo

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×