Le CECJ d'Antsiranana rouvre ses portes

L’inauguration du Centre d’écoute et de conseil juridique rénové d’Antsiranana a été marquée le vendredi 9 décembre par une cérémonie officielle et un atelier d’information et de sensibilisation sur le CECJ. Cela aura permis de faire connaître les mécanismes de recours de la structure sur la prise en charge intégrée.


La mise en place d’un centre d’écoute et de conseil juridique vise à assurer une prise en charge intégrée (médicale, psychosociale et juridique) des victimes des abus et des violences basées sur le genre et sensibiliser les victimes à s’adresser aux dispositifs de recours en cas d’abus et de violence. À Antsiranana, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a financé la réhabilitation des locaux du CECJ, la dotation en équipement du centre, le renforcement des ressources humaines qui y travaillent et l’appui à la mise en œuvre des activités de sensibilisation dans les fokontany dans le cadre de son projet de surveillance du respect des droits de l’homme en considérant les violences sexuelles basées sur le genre (VSBG) et l’accès à la justice financé par le Royaume de Norvège.
En effet, l’étude montrait que les violences sexuelles et basées sur le genre sont courantes dans la ville d'Antsiranana. Cependant, les recours et dénonciations de ces violences sont très peu fréquents. Il n’existe pas de programme de sensibilisation sur les droits des femmes dans la ville de Diego et les acteurs impliqués dans ce domaine sont rares. Dans le cadre conjugal, l’insuffisance des ressources financières et la méconnaissance des procédures de recours obligent la plupart des femmes à rester dans le foyer où elles ont été victimes de violence. L

es violences contre les enfants sont également très répandues. Par ailleurs, selonla même étude, un certain nombre d’obstacles s’opposent à une prise en charge de qualité : l’absence de structures d’accueil, le manque de financements, l’insuffisance de suivi juridique et la méconnaissance de certains acteurs des procédures encouragent les arrangements à l’amiable et renforcent le sentiment d’impunité des auteurs de violence.

 

Recueillis par F. R.


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site