La jeunesse fait preuve de dévotion

Habitude, devoir ou mode ? Dans une de ses compositions, le chanteur évangélique Laurent Rakotomamonjy raconte l’idylle secrète d’un jeune homme qui n’a d’yeux que pour une jeune fille, membre de la chorale de sa paroisse. Bon nombre de jeunes intègrent les branches telles que la chorale, le mouvement de scoutisme et autres associations regroupant les jeunes, mais dans quel but? Avant que la nouvelle théologie de la prospérité ne débarque à Madagascar, les jeunes hommes et femmes qui allaient à l’église étaient mal vus, considérés comme vieillots et attardés.

« Aller à l’église n’est point une perte de temps. Cela ne regarde que celui ou celle qui y va le dimanche. Admettons que certains fréquentent les édifices religieux afin de dissimuler leurs fautes ou parce que les autres le font et je dois aussi le faire. Toutefois, il ne faut pas le prendre comme une habitude. Aujourd’hui, il faut prier et mettre en valeur l’éducation spirituelle pour ne pas sombrer dans la déperdition éternelle », avoue Tojo Tolojanahary, lycéen.

A l’heure actuelle, les prophètes, les missionnaires et les évangélistes séduisent les jeunes en leur proposant des activités alléchantes et des miracles. Les belles musiques mélodieuses, l’arrangement de chansons, l’ambiance du culte animé par les orchestres suffisent à charmer les jeunes. Ils finissent par aller à l’église pour rencontrer leurs pairs et pour se ressourcer.

 

Conviction

A notre ère, les Eglises se déchirent et se désintègrent. Les jeunes n’embrassent pas forcément la confession de leurs parents et témoignent qu’ils trouvent Dieu là où ils prient. Ils déclarent qu’ils sont plus que convaincus du dogme qu’on leur prêche.

« A mon avis, il n’est pas nécessaire de parler de religion comme le catholicisme, ou le protestantisme, ou autres. Il faut prier pour sauver notre âme. La foi, c’est la croyance que Dieu existe, qu’Il est le Créateur et qu’Il exauce nos prières au nom de son Fils Jésus Christ », invoque Aina Ramananjanahary, lycéenne.

Harilala Camille, membre d’une branche de jeunes, soutient qu’il existe une grande différence entre la foi et la conviction. Elle indique qu’avec la foi, une personne n’a pas besoin de vérifier, de tester une vérité : elle y croit sans rien voir. « Alors que la conviction nous réfère à une démonstration, à une preuve afin de lever le doute. C’est après cette conviction que la personne sera amenée à croire, mais quelque part à l’intérieur et au fond de son cœur, l’incertitude plane encore », ajoute-t-elle.

Andrisoa Nomenjanahary, informaticien, poursuit que qu’il s’agisse de foi, de religion ou de croyance, un jeune allant à l’église signifie déjà qu’il s’intéresse à l’éducation spirituelle qui lui sert de balise dans la vie. Ce père de famille conclut que les jeunes devraient s’inspirer de l’enseignement de l’apôtre Paul à Timothée : « Que personne ne méprise ta jeunesse; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté », I Timothée 4,12.

 Farah Randrianasolo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site