Hygiène

La lutte contre la Défécation à l'air libre (DAL) est une question d'état d'esprit et de mentalité. Dans les ruelles de la Ville des Mille, certaines personnes osent entasser leurs besoins fécaux en plein air ; d'autres les emballent dans un sachet et déposent le paquet aux coins. Lors du lancement officiel de la campagne SANDAL 2018 à Farafangana sous le thème « Antsika hiaraky hagnafogny e fanregergny agnalakafe sy amorondrano izay mampivalagny ka mahafaty e kobototsika », l'UNICEF a mis gros sur le paquet pour « Zéro défécation à l'air libre ». La troupe Rajao mianakavy a essentiellement mis l'accent sur la sensibilisation en disant ouvertement « Aza mangery amorondrano zama ». Dans la région Atsimo Atsinanana, le taux de non utilisation de latrines s'élève jusqu'à 94,9%. Grands et petits défèquent soit dans les forêts de caféiers, au bord de la mer et des rivières ainsi que dans les champs de culture.

Dans le fokontany d'Ambaninio où la DAL n'est point du tout maîtrisée, toute la population se rend dans le coin dit Androzo – champ de culture - pour déféquer. Les adultes n'osent pas monter cet endroit pourtant les enfants, droits et sincères, se sont rués vers cette zone DAL pour montrer du doigt les tas d'excréments qui émanent des odeurs insupportables. Culture, tabou, on ne sait pas pourquoi la population locale n'érige pas des toilettes. Elle vous répond tout simplement qu'elle n'a pas d'argent pour installer des latrines.

Le changement de comportement noté dans le village de Maneva, commune rurale de Tsiately, district de Vangaiindrano témoigne de l'efficacité de l'approche Community-Led Total Sanitation (CLTS) en matière d'abandon de la Défécation à l'air libre (DAL).

Modeste Zafinony, un notable du village raconte qu'il a commencé à construire sa première toilette en juillet 2011. « J'ai dépensé Ar 4 000 environ pour la toiture. Je me suis servi des matières premières locales pour le reste, du rapaka pour le mur. L'association Miarintsoa nous a par ailleurs doté de dalle SanPlat et je me suis dit qu'il serait mieux construire une deuxième toilette. Je ne sais pas si mon entourage s'est inspiré de mon modèle mais tout a changé et les autres ont aussi construit leurs propres toilettes. Comme vous le voyez, nous avons aménagé ces anciennes ZDAL en espaces verts », annonce-t-il. Ce chef de famille semble respecter à la lettre les notions des messages-clés de Wash car il a accroché un tippy tap (bouteille remplie d'eau accrochée à une corde) à l'entrée de la toilette et utilise un sachet de cendres en guise de savon pour nettoyer les main après chaque sortie. Outre les deux toilettes, il a ajouté une douche pour que les membres de sa famille s'imprègnent dans l'hygiène et la propreté. Visiblement, la sensibilisation sur l'approche Assainissement total piloté par la communauté (Atpc) a fait son effet puisque les habitants du village utilisent les anciennes Zdal de Maneva comme aires de jeux, lieu de séchage de paddy et jardins potagers.

                                                                             
dscf6089-1.jpg                                                                           Zafisony Modeste fier de sa première toilette à Maneva

 

Farah Randrianasolo

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×