Haingo Raherisoa : Une gemmologue infatigable

Parmi les premières femmes gemmologues malgaches, Haingo Raherisoa est définie comme une engagée dans la cause sociale et entrepreneuriale. Elle est surtout passionnée dans tout ce qu’elle fait.

 

Gemmologue européenne de formation, Haingo Raherisoa fait ses premiers pas d’études primaires et secondaires à l’Ecole Sacré-Cœur à Antanimena. Après l’obtention du baccalauréat, elle a poursuivi ses études supérieures à l’Institut national des sciences comptables et de l'administration d'entreprises (Inscae) sanctionnées d’un Diplôme d'études supérieures spécialisées avant de s’envoler pour la France où elle a creusé à fond la connaissance des pierres et des mines jusqu'à l'obtention de son Diplôme d'études approfondies.

Mère de trois enfants, elle suit les traces de sa grand-mère. « Dans la famille de ma mère, il y a des lapidaires et des exploitants miniers. Depuis 1950, ma grand-mère maternelle travaillait dans la lapidairerie et je fais partie de la troisième génération qui intervient dans le secteur et me focalise sur l’expertise », avance-t-elle.

Elle a créé en 2001 l’Institut de gemmologie d’Antananarivo (IGA) à Mandrosoa-Ivato, puis le Centre de formation en lapidairerie à Antsirabe. Les deux établissements dispensent une formation en gemmologie, en lapidairerie et en bijouterie en faveur des professionnels au niveau des petites mines. Les cours consistent à renforcer la capacité et les compétences des apprenants en matière de prospection et exploitation minière, de législation et éducation environnementale, de gestion et marketing des gemmes.

« En gemmologie, il importe que le professionnel reconnaît les pierres à l’œil nu, distingue les caractéristiques des pierres et maîtrise la manipulation des différents instruments. Et en lapidairerie, il devrait être capable de transformer la matière première en le taillant en pierre fine ou en pierre industrielle. Une formation est capitale dans la mesure où nous pouvons confondre des pierres à qu’elles sont, par exemple, de même couleur comme une tourmaline verte qui ressemble à l’apatite, le grenat vert ou le grenat rouge et l’almandin qu’on peut mélanger avec le rubis d’Andilamena. Dans ce genre de formation, on n’a pas besoin de grands diplômes ou d’être intelligents, il suffit d’avoir le sens visuel et celui du toucher », ajoute celle qui se trouve à la tête de Femme Entreprendre de l’océan Indien, antenne d’Antsirabe.

Dans ce sens, la formation est plutôt axée sur la pratique que sur la théorie. Comme l’Institut prend en charge l’outil et les pierres, les apprenants ne s’amènent qu’avec leurs blouses et leurs cahiers. En marge de la formation, une partie des pierres revient aux apprenants et une autre est vendue par l’établissement dans le but d’acquérir un nouveau matériel et de faire fonctionner l’IGA ainsi que le centre d’Antsirabe.

 

Engagée

Jeune et dynamique, Haingo Raherisoa se consacre aussi au lionisme. Inspirée par ses parents qui étaient sympathisants, elle a fini par adhérer au mouvement en débutant en tant que présidente de commission, en passant par le poste de chef de protocole puis vice-présidente. Actuellement présidente du Lions Club d’Antananarivo-Analamanga, la gemmologue répartit son emploi du temps, en fonction de ses activités, entre l’IGA, le club et la famille. Elle a pris sa nouvelle fonction en juillet 2013 qui arrive à terme en juin 2014. Le premier semestre de son mandat s’est résumé par des œuvres caritatives au bénéfice de l’éducation et de la santé.

« Le premier semestre a été riche en œuvres, avec au moins une activité par mois. Ainsi, nous avons aidé l’école primaire publique de Lazaina- qui a fêté son centenaire en 2013- par un don de kit CEPE pour les élèves de Cours moyen niveau 2. Nous avons aussi soutenu le centre Foyer de vie à Antanimora en offrant des vêtements et des couvertures pour 77 personnes âgées. Enfin, en septembre, nous avons fourni des matériaux de construction au centre Faza afin de construire des toilettes pour les élèves, et avons offert des kits scolaires et habits à l’Akany Tafita Sahasoa à Anosibe. Le mois d’octobre a été marqué par la visite de notre gouverneur, Léon Manana qui nous demande de travailler dans l’excellence, d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés sans perdre de vue l’amitié et le respect qui nous lient, et aussi d’être le relais de notre devise : Enthousiasme, Engagement, Développement durable. Malheureusement, il y a eu aussi l’annulation de notre œuvre majeure « Opération Smile » prévue au mois de septembre pour cause d’insécurité », confie-t-elle. Elle entend poursuivre cet élan en incitant ses pairs à se donner la main dans les actions communes pour servir la société conformément à leur engagement solennel : « We serve ».

La gemmologue qui exerce un métier d’homme ne se laisse pas vaincre par les rythmes fatigants de son métier. Cette grande sportive s’habitue aux cadences des prospections des carrières avec une distance de trente à quarante kilomètres aux alentours d’Antsirabe, Ibity et Betafo. Les heures de marche coïncident déjà avec la randonnée systématique qu'elle effectue avec ses collègues. Faisant preuve de patience, elle espère décrocher son doctorat pour clore cette année en beauté.

 

Farah Randrianasolo

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site