Education

« Exclusion scolaire et moyen d'inclusion au cycle primaire », tel est le fruit de l'étude menée conjointement par l'Unicef et le ministère de l'éducation. Ce rapport révèle le droit bafoué des enfants en matière d'accès à l'éducation. En cinq ans, le taux de scolarisation a baissé de preque cinq points car en 2005, on a recensé une proportion égale à 83,3% contre 73,4% en 2010.

Il faut reconnaître que depuis 2009, tout a basculé et ce sont les enfants qui souffrent des impacts de la crise. Trois ans se sont écoulés et ces derniers se trouvent au même point. Le faible niveau de vie des parents en est l'origine. « Bon nombre de parents ont perdu leur emploi. Ils se consacrent au travail saisonnier pour survivre. Il y a le loyer, la nourriture et les frais de scolarité des enfants à assurer. Nous avons pu envoyer nos trois enfants à l'école avant la crise et maintenant, il n'y a qu'un enfant qui fréquente l'Epp de notre quartier. Les deux nous aident pour les petits boulots et on verra si nous allons nous en sortir, tellement la vie est dure et il faut la vivre telle qu'elle est en attendant la stabilité », regrette Bernard Randrianome, père de famille. Il espère que leur condition de vie s'améliorera d'ici peu de temps si les dirigeants et les politiciens décident de mettre à terme à leurs jeux. Bien entendu, cette souffrance des enfants malgaches intéresse de près l'Unicef qui prend la défense de tous les enfants.

« Nous sommes à la croisée des chemins. Soit nous continuons dans cette voie et nous prenons le risque de ruiner l’avenir d’un très grand nombre d’enfants et du pays dans son ensemble, soit nous utilisons le moment pour créer un système éducatif qui soit durable, inclusif et de qualité. Face à cette crise, il est urgent que le gouvernement et tous les partenaires de l’éducation, au niveau local, national et international, créent les mécanismes nécessaires pour inclure les enfants les plus vulnérables dans le cycle primaire », déclare Steven Lauwerier, Représentant de l’UNICEF Madagascar.

Plus d'1 millions d'enfants ne sont pas scolarisés et ont été contraints d'arrêter leur études du primaire faute de la crise. Les bailleurs ne restent pas indifférents face à leur problème. Pour que les enfants restent le plus longtemps possibles à l'école, le Global Partenership for Education (GPE) pensent à l'allègement des charges parentales en remettant des kits scolaires.

La distribution au niveau des Ecoles Primaires Publiques aura lieu prochainement. 4 500 000 enfants en bénéficieront. Graham Lang, chef d'éducation auprès de l'Unicef a déclaré que le premier lot est arrivé en janvier et c'est à partir du mois prochain que les écoliers recevront leur part. Il semble que les bailleurs du Global Partenership for Education n'ont pas pris en compte les tergiversations politiques et acceptent de débloquer le fonds pour servir l'intérêt supérieur des enfants malagasy. Par ailleurs, les enseignants Fram vont aussi jouir de certains droits. « L'Unicef dispose de USD 25 millions et cette somme assurera les subventions des quatre premiers mois de ces enseignants », a expliqué Graham Lang.

 

Farah Randrianasolo

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×