Bakoliarinosy Rajoelisona : Bannir la visée commerciale de l’éducation

Un établissement sérieux ne descend pas du ciel. Si l’établissement suit les normes, c’est que son premier responsable respecte les standards établis par le ministère de tutelle. Bakoliarinosy Rajoelisona, présidente du Groupe Condorcet, ne déroge pas à cette condition car elle lui a voué corps et âme pour que l’éducation et la formation n’embrassent pas le sens commercial, encore moins celui de la publicité mensongère. « C’est la suite logique de l’éducation », mentionne-t-elle.

 

Ayant pris le relais de Condorcet, un établissement laissé par ses enseignants étrangers dans les années 70, la jeune femme a tout appris sur le tas. « J’étais orpheline à l’âge de 12 ans. Je devais prendre ma vie en main pour m’en sortir. J’ai suivi des cours par correspondance dans les grandes écoles françaises. Je n’ai brûlé aucune étape parce que j’ai commencé avec le niveau primaire et ne me suis arrêtée qu’au niveau terminal en matière d’enseignement. Le collège Condorcet d’antan comptait des élèves malgaches, chinois, africains et français. Lorsque la grève de 1972 avait éclaté, les enseignants étrangers nous ont demandé de relayer la mission d’éducation en veillant sur les bonnes valeurs qu’ils nous ont laissées », raconte-t-elle.

Bakoliarinosy Rajoelisona a ainsi ouvert une école privée à Sabotsy-Namehana avec le préscolaire, le primaire et le secondaire. C’est en 1975 qu’elle a annexé le lycée technique Condorcet. « Le ministère de l’Enseignement technique n’a plus voulu poursuivre l’ouverture d’autres lycées. Je leur ai demandé l’autorisation d’ouvrir un lycée technique et comme il me l’a accordé, j’en ai profité pour intégrer la filière électronique et notre lycée est le premier établissement privé ayant un secteur de génie civil et industriel à Madagascar, avec plus de trente années d’expérience. Je tiens à préciser toutefois que l’ouverture de notre école fut conditionnée par le Dr Guillet pour qu’elle ne nuise pas à la vie des habitants du quartier », ajoute-t-elle.

L’enseignante affirme que la raison d’être du groupe ne se fonde pas sur le nombre d’infrastructures. Il puise sa force dans la créativité et le sens de partage dans lesquels la présidente investit toute son énergie. Après l’établissement dans le district d’Avaradrano, elle a décidé de mettre à la disposition de la population de Mahavoky un lycée d’enseignement général et technique afin d’orienter les jeunes collégiens vers cette dernière filière après l’obtention du diplôme de Bepc. C’est en 2001 que cette mère de famille a demandé l’autorisation d’ouvrir un établissement du niveau supérieur et l’Etablissement d’enseignement et de formation professionnelle supérieur (EEFPS) a vu le jour.

Comme toujours, la démarche s’est faite à la demande des parents d’élèves car ils ne veulent pas que leurs enfants changent d’établissement après chaque niveau. Avec l’organisation du cursus d’enseignement qui s’éparpille, le groupe est né et les étudiants, sous l’encadrement d’enseignants qualifiés et compétents, peuvent actuellement préparer leur master en maintenance des systèmes électrotechniques, en électromécanique et en informatique industrielle.

 

Codes

Le groupe a choisi l’orientation en génie civil et en technique industrielle afin de répondre à l’adéquation formation-emploi. Avec un diplôme en poche, un étudiant peut immédiatement travailler et il ne connaîtra pas les problèmes de chômage puisque ces filières touchent à tous les domaines. La présidente du groupe veut rassurer que tous les établissements ne dispensent que l’éducation, l’enseignement et la formation que les élèves méritent.

« A ce propos, nous avons établi des codes de conduite qui se base sur le respect du choix de chaque étudiant, le respect des volumes horaires et l’esprit de partage. Permettez-moi de citer un adage qui affirme que rien ne doit être laissé dans l’ombre si on veut aider l’enfant à tirer le meilleur de ses possibilités. Dans la vie, je me suis battue et je ne dirais pas que j’ai réussi. Beaucoup reste à faire parce que nul n’ignore la situation actuelle de l’éducation avec les cours particuliers, d’appui et de rattrapage qui donnent de fausses idées aux élèves. Moi-même, j’aurais aimé que ma mère me voit grandir », rappelle-t-elle.

Bakoliarinosy Rajoelisona s’attache à quelques slogans qui lui servent d’essence tels que « l’initiative et la créativité, sources de l’excellence » ; « la réussite, c’est la continuité dans l’effort » ; et « merci de ton amitié qui m’oblige à réaliser davantage ce dont je suis capable ». En fait, elle reçoit le soutien et l’encouragement de ses anciens amis qui sont des élites du Condorcet d’antan.

Elle croit que si tous les établissements privés bénéficient de l’aide des ministères de tutelle, ils brilleront autant que les établissements publics. Elle souligne que le taux de déperdition scolaire dans les écoles privées augmente parce qu’elles sont dépourvues de bons moyens. Elle se désole de voir le comportement des responsables de certains établissements qui ne visent que l’aspect commercial, qui font de l’éducation une source de revenus et qui ne se soucient guère de la qualité de l’éducation et de l’enseignement. Elle lance ainsi un appel aux différents responsables de se défaire de cette attitude.

 

Opportunités

L’EEFPS Condorcet ambitionne de former des ingénieurs de haut niveau et offre aux bacheliers des séries A2, C, D et aussi aux détenteurs des baccalauréats technique et professionnel l’opportunité et l’égalité de chance d’accéder au cursus.

En première année, tous les étudiants admis suivent un tronc commun et ceux issus de la série A2 obtiennent un surplus avec une remise à niveau des matières scientifiques. L’établissement mise sur l’enseignement professionnalisant en faisant appel aux experts tels que les chercheurs, les urbanistes, les designers ainsi que les architectes pour promouvoir le marché du travail, le sens de la créativité et booster la performance.

 

ENCARDRE

Etablissement supérieur habilité

La présidente du groupe Condorcet ne laisse jamais les parents et les étudiants dans le doute. Elle a franchi des étapes pour décrocher l’habilitation auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Les numéros suivants prouvent l’acte réfléchi des responsables.

Autorisation d’ouverture :
6858/2005/Menres du 15.06.05

Agrément DTS 2096/2012 METFP

Arrêté 17080/05/CNEAT/FOP du 04.08.05

Habilitation :

Licence 31172/2012 MESupReS du 05.12.12

Arrêté11642/2013 CNEAT/FOP du 04.04.13

Master 1949/2013 MESupReS du 31.01.13

Arrêté 11641/2013 CNEAT/FOP du 04.04.13

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site