Andranonjaza

Rien ne va plus dans le village d'Antsirasoa Atsimo, fokontany d'Andranonjaza. La production rizicole risque d'être mauvaise cette année faute d'irrigation. Après le passage du cyclone Giovanna, le barrage en amont est rompu et celui en aval, à sec. Aucune eau ne passe dans le canal d'irrigation, asséchant les champs de rizières depuis deux mois. Jean Henri Charles Rakotondrabe, adjoint du chef fokontany souligne que les fokontany d'Andranonjaza et celui d'Andrianony, commune rurale d'Alarobia en sont les plus touchés. « Après chaque passage d'un cyclone, ce barrage se rompt. La réparation de cette infrastructure implique une dépense alors que le fokonolona ne dispose d'aucun fonds. Certes, le Programme des Nations unies pour le Développement a érigé un barrage en aval, mais cela n'a pas été d'une grande utilité étant donné que celui qui se trouve en amont ne fait pas preuve de résistance », explique-t-il. Les agriculteurs du fokontany d'Andranonjaza se précipitent sur la réhabilitation du barrage en amont en mettant des sacs de sable et des clôtures en bois afin d'éviter l'ensablement.

 

Autosuffisance alimentaire

Malgré les effets des intempéries, les paysans de ce fokontany font face aux problèmes de la production et appliquent les techniques agricoles améliorées transmises par les émissaires de la commune rurale de Sambaina. Outre le riz, les habitants ont pu acquérir de nouvelles méthodes qu'ils ont appliquées sur la culture de manioc, de maïs, de patate, de haricot et de pomme de terre. « Nous appliquons ces types de culture ainsi que la rotation parce que les terrains arables manquent. L'élevage ne nous permet pas de vivre aisément même si l'ensemble du village possède en moyenne 180 têtes de vaches laitières. Tout ce que nous produisons contribue à notre autosuffisance alimentaire. Par conséquent, il n'y a rien pour l'économie de marché », poursuit l'adjoint du chef fokontany.

Les habitants de ce fokontany vivent aussi du lait mais les recettes s'annoncent basses par rapport aux dépenses journalières. Grâce à l'introduction de cinq têtes de zébus dit « rain'omby », les habitants d'Andranonjaza ont pu multiplier le nombre de veaux et vachettes aux côtés des vaches laitières. Les producteurs souhaitent que le projet leur propose des activités qui génèrent des revenus. Ils sollicitent que les techniques d'élevage de lapins, de poules pondeuses ainsi que la transformation des produits laitiers leurs soient transmises afin qu'ils s'initient à d'autres activités à part l'agriculture et l'élevage bovin.

 

Soif de développement

Pour certains habitants, le développement d'une localité se mesure à l'existence des infrastructures d'adduction d'eau potable, d'hygiène et assainissement et d'électrification. À Andranonjaza, il semble que ce développement est loin d'être atteint car l'eau y coule à flot alors que l'obscurité y règne en maître. « Nous avons sept bornes fontaines à Andranonjaza et sept autres à Antsirasoa alimentées par deux citernes de captage », souligne Elyse Razanany, habitante du fokontany. Une aubaine pour ce fokontany où l'eau était encore insalubre il y a quelques mois, en raison des champs de culture et des engrais qui ont souillé les sources. Mais les ménages vivent encore dans le noir. Jean Henri Charles Rakotondrabe déplore l'inexistence de la transparence au niveau de la commune. D'après ce responsable, sept fokontany à savoir Amboanemba, Soarano, Ankadiambana, Ankadimanga, Andranonjaza, Nanganehana et Mandimbisoa ont cotisé en 2003 pour permettre l'implantation de poteaux électriques. « Les derniers fokontany sont électrifiés et jusqu'à ce jour, nous ignorons l'utilisation de nos participations car aujourd'hui, on nous demande à nouveau de contribuer pour l'électrification de nos villages », se plaint-il. Les chefs fokontany concernés ont soumis une deuxième demande pour savoir où en est la commune avec le projet d'électrification.

 

Farah Randrianasolo

 

(Lu sur l'Hebdo de Madagascar)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site