Amoron'i Mania et Vakinankaratra

Le travail des enfants se transforme petit à petit en fléau. Cela, même si en 2005, le taux d'incidence était de 33%, en 2008, il est passé à 28%. Car depuis la crise, aucune statistique fiable ne permet d'évaluer la situation, le travail des enfants tendant à se généraliser sans compter les abus sexuels qui l'accompagnent.

La formation de 55 inspecteurs de travail issus de 13 régions a permis à l'administrateur national du Programme international pour l'abolition du travail des enfants, Lauréat Rasolofoniainarison, de dévoiler que les régions Amoron'i Mania et Vakinankaratra sont des vivers pour le travail domestique pour la région Analamanga, essentiellement.

Un enfant sur 3 entre 5 et 17 ans est économiquement actif et le tiers exercent les pires formes de travail dans le secteur domestique où personne, à part leur employeur, ne connaît leurs conditions de travail et de vie. En général, un enfant qui remplira un contrat de travail devrait être âgé de 15 ans au moins. Il fournira ainsi une autorisation parentale et un certificat médical prouvant qu'il sera apte à travailler.

Madagascar lance le défi d'éradiquer le travail des enfants d'ici 2019, mais en cette période de crise, ce sont les parents qui contraignent leurs enfants d'accepter une offre pour qu'ils perçoivent une rémunération.

En marge de cette formation, les inspecteurs de travail seront capables de déterminer leurs rôles et de maîtriser ce grand problème qui ternit l'image du pays sur le plan mondial.

Farah

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×