Manju Seth : « L'Inde souhaite maintenir les liens historiques entre les deux pays »

Manju Seth
« L'Inde souhaite maintenir les liens historiques entre les deux pays »

Première femme ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEMme Manju Seth, pris ses nouvelles fonctions en janvier 2013. Cette ambassadrice révèle que l'Inde poursuit son partenariat avec Madagascar dans le domaine du renforcement de capacités.

 Présentez-nous l’Inde brièvement.

L'Inde, l'un des pays émergents d' Asie a plus d'un milliard de personnes avec un mélange multi- ethnique, multi- religieux. Toutes les religions du monde sont présentes en Inde et il est le deuxième présentant le plus grand nombre de musulmans dans le monde. Le gouvernement indien a une structure fédérale avec la répartition des pouvoirs entre le gouvernement et l'état central. Le Président est le Chef de l'Etat et le Premier Ministre, Chef du Gouvernement détient les pouvoirs exécutifs. Les Indiens, pour la plupart, parlent l'hindi et l' anglais, mais la population locale dans les différentes régions du pays parlent plus de trois mille dialectes. 22 langues sont officiellement reconnues. Le style indien varie dans leurs langues, manières de s'habiller et de religions. Malgré la diversité, l'Inde reste une nation unifiée.

 Quelles stratégies votre pays a-t-il exploité pour arriver à ce stade de pays émergent ?

Soixante-six ans après l'indépendance, l'Inde a atteint l'état actuel du développement par le biais de réformes économiques, y compris les investissements encourageants (Indiens et étrangers) dans les 'infrastructure et les usines de fabrication. Le pays met l'accent sur le développement de l'éducation et des compétences. Son produit intérieur brut augmente chaque année et a été autour de 7 % au cours des dernières années en moyenne. L'Inde fait tout son possible pour sortir sa population de la pauvreté. La population rajeunit et avec la mondialisation, le pays offre d'emploi pour les jeunes, favorise l'éducation et l'alphabétisation dans les zones rurales afin que chaque individu ait la capacité de relever le défi. Nous avons également priorisé la santé de nos compatriotes pour qu'ils soient productifs et aptes à contribuer au développement de leur pays.

Les actes de viol à répétition ébranlent la société indienne. Quelle est l'image de l'Inde après ces agissements ? Comment voyez-vous l'émancipation féminine dans votre pays?

Le viol est un crime et après les événements survenus récemment en Inde, le gouvernement indien et la police ont pris des mesures immédiates contre ces criminels. Le gouvernement a promulgué des lois plus sévères pour dissuader et punir les criminels. Il est tragique qu'avec de tels actes, les femmes qui en sont victimes sont blâmées. Tout cela doit changer. Il est maintenant prévu d'intégrer les études de genre dans les programmess scolaires afin d'amortir le comportement criminel et à enseigner aux élèves que les garçons et les filles sont égaux. Il importe de sensibiliser les garçons sur le comportement criminel qu'ils doivent éviter.  

Justement en parlant du genre, comment la société indienne perçoit-elle l’émancipation féminine ?

Dans les zones urbaines, les femmes accèdent à une meilleure éducation, santé et hygiène. Dans le monde rural, la situation est un peu différentes mais les femmes sont encourgées à prendre des décisions comme le cas de celles qui entreprennent des actions dans les programmes de microfinance ainsi que la participation aux élections territoriales. Certes, la participation des femmes au gouvernent reste faible avec une proportion de 15%, certaines d'entre elles occupent des postes important à l'exemple de notre ancienne présidente, la présidente de la chambre basse et une autre femme se trouve à la tête d'un parti politique. Depuis l'indépendace, les femmes ont le droit de voter en Inde.

Outre le fait que la diversité des langues et des religions fait de l’Inde un pays singulier, le système de caste est aussi une pratique ancrée dans la société. Ce procédé reste-t-il valable même si les Indiens habitent à l’étranger ?

Actuellement, nous devons reconnaître que le système de caste n'est plus approprié dans la société, particulièrement dans les zones urbaines. Historiquement, il a commencé comme une classification sociale selon le travail fait mais malheureusement il a été déformé au fil du temps. Cependant, la caste peut toujours être valable dans les villages ruraux en raison de l'ignorance. Dans le lieu de travail, le mérite est plus important et un employeur ne demandera pas à son salarié de quelle caste il vient. Peut-être les conditions peu hygiéniques dans lesquelles quelques personnes ont vécu étaient la cause pour d'autres pour les écarter et les classifier comme désavantagés et négligés du segment de société. Avec l'éducation, cette perception change. L'action affirmative du gouvernement pour assurer l'inclusivité des segments désavantagés de société a aidé à provoquer un changement remaruqable et positif. Toutefois, le système peut être un facteur dans les mariages où les familles de même caste veulent contracter l'union de leurs enfants.

Vous venez d'être nommée ambassadrice à Madagascar, qu'est-ce qui vous a impressionné lors de votre première arrivée en sol malgache?

J'ai été impressionné de l'accueil chaleureux du peuple malgaches, amical et sociable. De plus, Madagascar est un beau pays béni puis Antananarivo est une charmante ville. Le pays a beaucoup de ressources naturelles et une potentialité remarquable.

 Vous avez présenté votre lettre de créances, quelle reconnaissance l’Inde témoigne-t-elle envers le président de la Transition ?

Madagascar est un pays important dans la région de l'océan Indien et l'Inde s'est engagée avec Madagascar par ses programmes de partenariat de développement. Le gouvernement de Transition actuel est un gouvernement de consensus et la transition a été approuvée par l'Union africaine. L'Inde reste attachée à l'importance de ses liens bilatéraux historiques et chauds avec Madagascar et attend avec impatience la première résolution de la situation politique actuelle ainsi que la tenue des élections. Elle espère que Madagascar pourrait réaliser ses objectifs socio-économiques dans les meilleurs délais.

A Madagascar, la communauté « karana » représente la 19è ethnie. Les ressortissants « karana » omniprésents dans les grandes villes de Madagascar jouissent, pour la plupart, de la nationalité française. D'où viennent-ils exactement, de l'Inde, du Pakistan ou des pays arabes?

Beaucoup de ressortissants d'origine indiens dans la région de l'Océan Indien qui vivent dans l'Ile Maurice, la Réunion, le Kenya, Nairobi, l'Afrique du Sud et Madagascar. Ils viennent surtout du Gujarat, une province occidentale de l'Inde. Ils sont des descendants de la quatrième ou du cinquième génération, des premiers commerçants indiens qui se sont installés dans ces pays probablement à cause du manque de connectivité à cette époque quand les bateaux sont venus aux ports quelques temps après un ou deux ans. Les Indiens et des Pakistanais appartenaient au sous-continent indien qui était un pays avant l'Indépendance et la division en 1947 sont distincts et le terme Indo-Pakistanais n'existe pas. Selon des évaluations, il y a presque 20 000 personnes d'origine indiennes vivant à Madagascar, mais nous n'avons pas le nombre exact, avec beaucoup d'entre eux tenant la nationalité Malgache.

Comment l’Inde compte-t-elle développer son partenariat avec Madagascar ?

L'Inde se concentre sur le développement de partenariats avec d'autres pays en voie de développement dans l'esprit de Coopération sud-sud et partager son expérience liée au développement. Dans le cadre de cette approche, depuis de nombreuses années, l'Inde a offert des bourses pour des ressortissants malgaches par le programme d'ITEC. Cette année, environ 90 bourses ITEC sont disponibles en plus de plus de dix bourses ICCR. Dans le cadre de l'E-réseau panafricain introduit par le gouvernement indien en partenariat avec les pays de l'Union africaine, les Malgaches profitent aussi des programmes de télémédecine et de téle-enseignement. Pour le tele-enseignement, un grand nombre d'étudiants a poursuivi des études par visioconférence à l'Université Imalaika avec des diplômes de cinq universités à savoir Amity University, IGNOU, Delhi University, Madras University, BITS-Plani. Quant à la télémédecine, des docteurs indiens et des spécialistes fournissent un diagnostic gratuit pour le coeur, des maladies cérébrales, le cancer, des problèmes de reins à l'Institut Médical de Madagascar. Nous prévoyons aussi un vaste programme pour développer le partenariat durable dans l'agriculture. Il y a beaucoup d'occasions d'affaires et d'investissement pour des hommes d'affaires dans les deux pays.

 Un dernier message?

Je suis très heureuse de travailler dans votre beau pays avec qui l'Inde a des liens amicaux et historiques. Je voudrais plus loin renforcer les liens existants dans toutes les domaines incluant l'enseignement, la culture, l'agriculture, l'affaire concernant le peuple au peuple malgache à qui je voudrais transmettre mes salutations.

Profil : Une diplomate née

Chimiste de formation, Manju Seth a rejoint le Ministère des Affaires étrangères indien en 1983, et de juin 1988 à février 1990, a été nommée comme Attachée au Consulat Général de l’Inde à Hong Kong. De février 1990 à février 1996, elle a été nommée sous-secrétaire au Ministère des Affaires extérieures de l’Inde, à New Dehli. Entre mars 1996 à juin 1999, elle a été Second Secrétaire, puis Premier Secrétaire à la Haute Commission de l’Inde à Dhaka, Bengladesh. De juillet 1999 à juin 2002, elle est nommée sous-secrétaire au Ministère des Affaires extérieures de New Dehli. De juin 2002 à août 2006, elle occupe le  poste de Premier Secrétaire à l’Ambassade de l’Inde à Bangkok, et de septembre 2006 à septembre 2011, elle est désignée comme Premier Secrétaire, Conseiller à l’Ambassade de l’Inde à Paris. Avant de venir à Madagascar, et ce, depuis octobre 2011, elle était Consule Générale de l’Inde à l’île de La Réunion.

Propos recueillis par Farah Randrianasolo

Lu dans l'Hebdo de Madagascar

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site