« Éduquer les enfants pour un changement de comportement »

Questions à Monique Andriamananoro


Le programme Edena initié par la fondation Tany Meva touche tous les établissements scolaires, publics et privés. Monique Andriamananoro, manager du programme de financement, clarifie les conditions d'éligibilité des bénéficiaires.

. Qu'est-ce que le programme Edena?
C’est l'éducation environnementale appliquée pour un changement de comportement en faveur du respect et de la protection de l'environnement. Il faut enseigner les bonnes pratiques dès le jeune âge d'un enfant et il véhiculera son savoir à ses parents et à son entourage où il devient un agent de changement. Le programme s'adresse à tous les établissements scolaires primaires, secondaires, universitaires, publics et privés. Auparavant, les associations et organisations non gouvernementales ont bénéficié de l'appui du programme, mais compte tenu de la révision de certains critères d'évaluation, la fondation a exclu les associations pour primer les écoles.

.Qui sont, dans ce cas, éligibles?
Les bénéficiaires peuvent être des écoles qui ont entrepris de bonnes actions et qui font preuve de détermination pour les pérenniser. Elles méritent d'être soutenues dans ce cas, si elles présentent leurs projets. Sinon, d'autres établissements qui ne se sont pas encore inscrits mais qui ont réalisé des activités, peuvent soumettre leurs dossiers de candidature. Nous appuyons les écoles dans les zones d'intervention de la fondation et où le réseau de fokonoloa Tafo Mihaavo travaillent, notamment dans les régions Atsimo-Andrefana, Vakinankaratra, Menabe, Sava, Analamanga et Amoron'i Mania.

. Quelles activités sont admissibles?
Les écoles, pour la majorité, demandent un financement pour visiter un parc national car bon nombre d'élèves n'ont pas l'occasion de voir de tels endroits. En général, les activités tournent autour de l'aménagement d'un jardin scolaire, la construction d'un puits, de latrines, l'adduction d'eau potable, la création d'un espace vert ou encore la réhabilitation d'une école. Les activités durent entre trois et six mois, mais avec le suivi, elles s'étalent sur une période d'une année pour la validation d'un rapport final. Nous pouvons également demander la clôture provisoire d'un projet et nous y avons un droit de regard pendant deux ans afin de contrôler si l'école poursuit son entretien.

. Quel bilan peut-on tirer du programme?
En moyenne, cent écoles reçoivent un financement sauf au titre de l'année 2012 où il n'y avait que soixante écoles. L'expérience d'une école dans l’Atsimo-Andrefana sur la réhabilitation des salles de classe a été satisfaisante. Les élèves ont aménagé un jardin scolaire et, de cause à effet, leur entourage a suivi les traces de l'école. En ce moment, l'ensemble du village vend des fleurs. En revanche, des mésaventures se sont aussi manifestées à l'exemple de certaines écoles qui changent la liste des élèves qui devaient partir pour visiter les parcs. Les parents se sont plaints que des proches des directeurs et des enseignants partent à la place de leurs enfants. Par ailleurs, des individus malveillants usurpent le nom de Tany Meva. Ils ne cherchent qu’à tirer profit des écoles et se portent volontaires pour les aider. Et au final, Ils détournent le fonds des écoles. Si nous mandatons une personne pour l'ébauche d'un document de projet, elle montre toujours une lettre dûment signée par le directeur. Nous passons au peigne fin les établissements afin de détecter les écoles qui ne travaillent pas dans la transparence. Elles figureront sur la liste noire lorsque le prochain appel à candidature s'annoncera.
Propos recueillis par Farah Randrianasolo

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site