Robert Lapidaire : Un nom bien taillé sur mesure

12 juillet 1913 – 12 juillet 2013. La famille Robert commémore le centenaire de l’illustre conservateur, traditionaliste et nationaliste, Robert Lapidaire.

Né à Antananarivo le 12 juillet 1913, Robert a vécu entre la capitale et Betafo. « Son acte de naissance ne mentionne que Robert. Pendant la période coloniale, il fallait un nom français et c’est pour cette raison que ses parents l’ont appelé Robert, mais c’était notre tante Ramanantenasoa qui s’occupait de lui. Puis à l’époque des collèges, les amis de papa l’avaient surnommé Rakotomanga, car personne n’arrivait à le battre aux courses de vitesse. Papa était comptable et c’était son beau-frère, Le Blanc Rajaonah, qui lui apprenait le taillage de pierres et le patronyme lapidaire découle de cette nouvelle activité. Jusqu’à ce jour, tout le monde le connait sous le nom de Robert Lapidaire », lance Maryse Robert, une de ses filles.

Après 1947, ce père de famille a choisi de s’investir dans la lapidairerie et la bijouterie en se spécialisant dans le taillage de pierres fines et industrielles. Il s’est installé à Andravoahangy et à Antaninandro. Dans son travail, il a fallu du courage parce que la prospection des matières premières nécessitait une force physique singulière. Marcher dans la forêt, traverser les rivières en pirogue et croiser les dahalo n’étaient point choses aisées. « Pendant les vacances, nous nous rendions dans les carrières pour l’aider à trier les pierres. C’était plaisant de partir avec lui, car pendant les voyages, il nous initiait petit à petit à ses activités », confie Fara Robert, une autre fille de Lapidaire.

Ses enfants ont passé des vacances dans les carrières ; en plus, certains vendaient des pierres à Anjoma. La passion pour le taillage de pierres s’est transmise de génération en génération. Dans la famille, soit ils sont lapidaires, soit ils interviennent dans le secteur minier : sept enfants et deux petits-enfants ont suivi les traces de Robert Lapidaire à Madagascar et deux autres enfants le succèdent à l’étranger.

 Responsable

Père de 24 enfants, Robert Lapidaire a été un homme responsable. Il s’est préoccupé de l’éducation de ses garçons et filles et leur ont donné la même égalité de chance. « A la maison, c’était l’éducation militaire car papa était très strict. Il voulait notre bien et faisait son possible pour que nous soyons polis, sages et instruits. Il nous inculquait les valeurs de l’amour, de la solidarité, de la discipline et de la détermination», se souvient Fara Robert.

Maryse Robert poursuit en indiquant que leur père n’a autorisé le mariage de ses filles qu’à une condition, obtenir au moins la licence. « Après les examens, nous passions un à un devant lui pour lui montrer nos bulletins de notes. Les mauvaises notes valaient des coups de ceinture et on en riait ensemble après », se rappelle-t-elle. Il n’a cessé de répéter à ses enfants que l’éducation- richesse inestimable- aide chacun à réussir dans la vie et que celui ou celle qui n’accède pas à l’éducation, connaîtra tôt ou tard l’échec.

De son vivant, le lapidaire n’a pas ménagé ses efforts et a pris également en main l’éducation des enfants de ses collaborateurs. C’était un homme humain et charitable. Fara Robert signale que lorsqu’ils arrivaient à Antaninandro, les mineurs prenaient le repas avec leur père et tous les enfants ne passaient à table qu’après les invités. Maryse Robert ajoute qu’il a accordé beaucoup d’importance aux vendeurs de pierres. « Il disait qu’il se souciait des tout petits car ils étaient la source de son travail et que sans ses collègues, il ne pouvait pas subvenir aux besoins de sa famille », expose-t-elle. Cependant, cet homme a toujours eu un principe : il s’est refusé que ses enfants s’attachent aux richesses matérielles et a encouragé ses descendants à vénérer l’éducation.

 

Ambition

Gardien des traditions

Robert Lapidaire a accordé une attention particulière à la culture malgache. Il est resté attaché aux us et coutumes et les a transmis à sa progéniture. « Papa ne manquait aucune célébration d’Alahamadibe à Anosimanjaka. Etant grand conservateur, il ne ratait pas non plus les festivités des descendants d’Ambohidrano-Andrefana, d’Andramasina et de Betafo. Le réveillon du 25 juin et de Noël étaient des occasions pour toute la famille de se réunir, car toutes ces dates étaient définies, donc à respecter », lancent les deux sœurs. Lors des grands événements (mariage, funérailles…), Robert Lapidaire en main a toujours en main arboré son précieux « lamba » et également porté un « salaka » en ‘landy be’.

Il a hérité de la lance du roi Andrianonitomponitany, roi du Vakinankaratra, et l’a confiée à son benjamin, Ratsimihara Andrianoniarivo Robert. « Papa avait ses manières. Nous nous réunissions autour d’une grande table à chaque repas. Il sonnait une petite cloche pour nous avertir que nous passerions à table dans quelques instants. Le deuxième son de cloche indiquait que tout le monde a fini de s’installer et il entrait à table en dernier », confie celui-ci. Bien que traditionnaliste, ce père de famille s’est aussi ouvert à la culture du monde entier en voyageant en France, en Allemagne et en Belgique, et surtout en tissant de bonnes relations avec les diplomates étrangers.

Qualité

Un altruiste de nature

Petit-fils du pasteur Andriantasy, Robert Lapidaire a été connu de tous pour sa générosité. Cette qualité, d’après Ratsimihara Andrianoniarivo Robert, était innée, du fait même qu’il appartient à la lignée d'Andrianonitomponitany, un roi sage ayant établi son royaume à Betafo.

« Andrianonitomponitany était un ami proche du roi Andrianampoinimerina. Partant à la conquête du Moyen-ouest, Andrianonitomponitany s’était arrêté à Vontovorona. De là, il avait aperçu Teloniavoko et décidé de s'y rendre. Sur cette colline, il n'y avait rien du tout. Plus le temps passait, plus Andrianonitomponitany avait réuni de nombreux sujets et le nombre accru des ménages a valu le nom de Betafo, beaucoup de toits. Les habitants avaient eu du mal à s’approvisionner en eau et ce roi qui ne pratiquait ni la discrimination et ni l’esclavage, avait construit une digue pour irriguer les champs de rizière et créé le lac Tatamarina. Des Andriana jaloux avaient colporté au roi Andrianampoinimerina qu'Andrianonitomponitany complotait contre sa destitution et qu’il fallait l’éliminer car il représentait un danger. Mais son meilleur conseiller, un roturier, avait expliqué au monarque qu’il s’agissait d’un coup monté par les rivaux d’Andrianonitomponitany et que si ce dernier devait mourir, il servirait de plancher. Andrianonitomponitany fut exécuté et enterré à Soanierana. Un jour, son esprit était apparu à Andrianampoinimerina pour lui dire : Ta femme et tes enfants vivent dans le bonheur tandis que les miens éprouvent de l’amertume. Je vous maudirais à jamais toi et tes descendants. Pris de remords, Andrianamponimerina avait ordonné à son fils et successeur Radama 1er de construire un tombeau à Tsaravavaka-Betafo et d’y transférer la dépouille d’Andrianonitomponitany. C’est là aussi que notre père se repose popur l’éternité », raconte Ratsimihara Andrianoniarivo.

Robert Lapidaire n’a jamais approuvé la discrimination. Durant sa jeunesse, il a acheté des fournitures scolaires pour les distriber aux moins nantis et jusqu’à un âge avancée, il est resté fidèle à sa mission altruiste. Le journaliste doyen, Daniel Rakotoseheno n’omet pas de souligner qu’il a eu l’opportunité d’être aimé par un beau-père aussi agréable et bienvaillant que Robert Lapidaire. « Il m'a beaucoup aidé dans la vie. Dans la famille, mon beau-père et mes belles-sœurs me témoignaient beaucoup de gentillesse », assure-t-il. Il certifie également que ce conservateur a occupé un rôle important dans le Mouvement démocratique de la rénovation malgache (MDRM).

Politique

Un nationaliste engagé

Le statut d'homme d'affaires et le fait d'appartenir à la société aisée d'Antananarivo, n’ont pas empêche Robert Lapidaire d'être sensible aux problèmes politiques de la Grande île. Il a fait partie des comités électoraux ayant approuvé la représentation de deux députés malgaches à l'Assemblée nationale constituante française. « Le Mouvement démocratique de la rénovation malgache (MDRM) a vu le jour en février 1945 et Robert Lapidaire était parmi l'équipe dirigeante du mouvement, en devenant le trésorier de la section la plus active d'Ampandrana, d'Antaninandro, d'Andravoahangy et d'Ankadifotsy. Au départ, les revendications des comités électoraux se portaient sur l'indépendance intégrale et immédiate de Madagascar. Plus tard, Ravoahangy et Raseta se sont repliés sur le statut « Madagascar état libre dans l'Union française ». Robert Lapidaire suivait cette tendance. C'était un nationaliste qui voulait parvenir à ses fins en toute légalité », révèle le Pr Lucile Rabearimanana, enseignante et chercheuse à l'Université d'Antananarivo.

C'était le genre d'homme pacifiste qui a conseillé à ses pairs de revendiquer l'Indépendance intégrale sans utilisation d'armes, mais en multipliant les négociations. L'insurrection de 1947 a tout transformé. Robert Lapidaire a été arrêté début avril 1947, enquêté, détenu puis relâché. « Papa racontait qu'il était enfermé avec ses compagnons à Antanimora et on l'obligeait à signer des aveux. On l’avait torturé et il me montrait ses stigmates à la nuque et aux mains. C'était un nationaliste engagé. Ils nous poussait même jusqu'à dépanner ses amis du MDRM venus lui demander de l'aide », retrace Maryse Robert.

Robert Lapidaire a retrouvé la liberté car sa non-participation à l'insurrection a été justifiée par la naissance de son fils aîné. Cependant, il a dû signer tous les matins un registre pour démontrer à l'administration de la sûreté générale qu'il n’a pas rejoint les insurgés à Moramanga, à Manakara et à Mananjary.


Farah Randrianasolo

4 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. mamtina robert 16/04/2016

Un grand qui a su rester humble..
Merci dadabe

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×